• Geneviève Fontan

Ex Libris - Un Carré Hermès pour Madame l'Ambassadrice de Rabat au Maroc en 1946

Un Carré, une histoire



Détail de la lettre

Detail of the letter





Lettre adressée par Hermès à Madame l'Ambassadrice Eirik Labonne à Rabat, 1946

Letter from Hermès to Madame Ambassador Eirik Labonne in Rabat, 1947












Ex Libris pour l'Ambassadrice.

Ex Libris, dessiné par Hugo Grygkar, 1er édition 1946

Ce carré rencontrera un immense succès avec des rééditions pérennes. Il est toujours édité ponctuellement.


Le Carré Ex Libris for Madam Ambassador. He had just come out at Hermès.

This square will meet a huge success with perennial re-editions. It is always published punctually.











Rare en-tête portant le nom des succursales, Vittel et Alger, pour lesquelles on ne trouve que très rarement le nom dans les entêtes de la marque Hermès.


Rare header bearing the name of the branches, Vittel and Alger, for which the name is very rarely found in the headers of the Hermes brand .



Eirik Labonne (1888 - 1971)

Eirik Labonne (1888 - 1971)

Eirik Labonne à son arrivée à Rabat en 1947



Jean Lacouture écrit dans une chronique publié le 16 novembre 1971 dans le Monde : "....Son apparence, d'abord, retenait l'attention : dans son maintien, son vêtement, ses styles, parlé ou écrit, il y avait à la fois quelque chose de médiéval et de futuriste. Il ressemblait aussi bien à quelque hautain conseiller des chroniques shakespeariennes venu des Highlands pour sauver la couronne qu'à un grand inquisiteur quaker, au découvreur d'un continent baroque, ou à l'un de ces derricks qu'il fit surgir du désert. Immense et désinvolte, avec une silhouette de pin maritime et un visage de silex taillé qu'éclairaient des yeux transparents d'une candeur d'enfant, il aimait tout ce qui - redingotes, hauts-de-forme, cols cassés, cravates en forme d'oriflamme - était un défi aux commodités du temps. Il sortait tout droit d'une illustration de Dickens par Daumier et s'amusait gravement de l'effarement des fonctionnaires et des badauds...."


Eirik Labonne (1888 - 1971)

Jean Lacouture wrote in a chronicle published on November 16, 1971 in Le Monde: "....His appearance, first of all, caught the attention: in his posture, his clothing, his styles, spoken or written, there was both something medieval and futuristic. He looked as much like some haughty adviser to Shakespearean chronicles who had come from the Highlands to save the crown as he did like a Quaker Grand Inquisitor, the discoverer of a baroque continent, or one of those derricks he brought out of the desert. Huge and casual, with a figure of a maritime pine and a face of carved flint that lit up transparent eyes with the candor of a child, he liked everything that - pinafores, top hats, broken collars, banner ties - was a challenge to the conveniences of the time. He came straight out of an illustration of Dickens by Daumier and was seriously amused by the fright of officials and onlookers...."



95 vues0 commentaire