• Geneviève Fontan

Présentation de parfum surréaliste originale dédicacée par Salvador Dali à Joseph Foret

Mis à jour : nov. 7

« On dit que je suis fou, mais Foret est encore plus fou que moi, il entreprend des livres que personne n’a tenté et n’a eu l’idée de faire. » Salvador Dali (pour présenter Joseph Foret, le 22 février 1964 à New-York)


"They say I'm crazy, but Foret is even crazier than me, he undertakes books that nobody has tried or had the idea of doing. »

Salvador Dali (to present Joseph Foret, 22 February 1964 in New York)



Monsieur Marquay, présenté dans un flacon et un coffret dessinés et illustrés par Salvador Dali pour Marquay Parfumeur, années 1953.

Coffret réalisé par  Joseph Foret Editeur d'art 64, rue La Fayette Paris 9e, connu pour son édition de l’Apocalypse (1).


Exemplaire unique avec le cachet de l’éditeur, et dédicace à l’éditeur par Salvador Dali en manuscrit sur une face de la jaquette.





Provenance : Pièce vendue en vente aux enchères après la ruine de Foret (2) dans les années 1970.


Cette pièce anecdotique a été réalisée et dédicacée pendant les premières années de la réalisation de l'Apocalypse alors que Dali et Foret étaient confrontés à la laborieuse étude de la réalisation artistique de l'oeuvre.


Monsieur Marquay, presented in a bottle and box designed and illustrated by Salvador Dali for Marquay Parfumeur, 1953.

Boxed set designed by Joseph Foret Editeur d'art 64, rue La Fayette Paris 9e, known for his edition of the Apocalypse (1)


Unique copy with the publisher's stamp, and dedication to the publisher by Salvador Dali in manuscript on one side of the jacket.


Provenance: Piece sold at auction after the ruin of Foret (2) circa 1970.

This anecdotal piece was made and dedicated during the first years of the Apocalypse while Dali and Foret were faced with the laborious study of the artistic realisation of the work.


L'étroite complicité de l'éditeur Joseph Foret avec Salvador Dali


Dali était très proche de Joseph Foret (1901-1991) qui a réussi l'exploit de réunir les plus grands acteurs du monde des arts, de la peinture et de la littérature pour concevoir une oeuvre éditoriale gigantesque sur un sujet dantesque et divin. Un travail qui les a rapproché pendant de longues années de travail collaboratif. Le livre a été achevé en 1961.



Joseph Foret et son édition de l'Apocalypse


(1) C'est une avalanche de chiffres record qui entoure l'Apocalypse, livre-monument conçu à la fin des années 1950 par Joseph Foret…. De l'oeuvre, en tout cas, se dégage une émotion d'une incroyable intensité, née de la diversité des sensibilités artistiques qu'elle juxtapose. Un foisonnement esthétique voulu par Foret. …


Orphelin à 6 ans, parti de rien et "monté" à Paris, il y rencontre les plus grands : Picasso, Chagall, Dali. Un émerveillement. Une nuit de 1958 - nuit d'extase? - Foret se lance un défi: réaliser un ouvrage unique, l'oeuvre de sa vie. A 57 ans, il devient maître d'œuvre… En dépit des refus de Picasso, de Chagall ou de Mauriac, l'entreprise prend forme.

Aux peintres est confiée la création de trois illustrations chacune correspondant aux différents courants contemporains. Buffet représentant l'art figuratif, Dali le surréalisme, Zadkine le cubisme, Foujita l'art japonais, Mathieu l'abstraction lyrique, Léonor Fini l'art lyrique et Trémois l'hyperréalisme.


Aux écrivains - Cocteau, Rostand, Rops, Giono, Cioran, Guitton - il est confié l'écriture consistant à décliner, dans leur propre registre, réflexions et inspirations sur l'apocalypse de notre temps. Au total, un rendu saisissant, avec comme un phrasé texte-image puissamment rythmé, qu'accompagne le texte de saint Jean, traduit par R. P. Boismard, de l'école biblique de Jérusalem, et calligraphié par Micheline Nicolas. "Plus de quatre mille heures de travail de dorure pour réaliser titres, lettrines et rehauts des illustrations en or", commente Karoutzos. 


Un livre unique, de tous les records, le plus gros dit-on (210 kg) et le plus cher (estimé à 100 millions de francs en 1961, 200 millions en 1963...) réalisé sur une seule feuille de papier des Moulins Richard de Bas qui peut se déployer sur 150 mètres de long.


The close complicity of the publisher Joseph Foret with Salvador Dali


Dali was very close to Joseph Foret (1901-1991), who managed the feat of bringing together the greatest players in the world of art, painting and literature to conceive a gigantic editorial work on a Dantesque and divine subject. A work that brought them together during several years of collaborative work. Le livre a été achevé en 1961.


(1) It's an avalanche of record numbers that surrounds the Apocalypse, a book-monument conceived at the end of the 1950s by Joseph Foret.... The work, in any case, emanates an emotion of incredible intensity, born of the diversity of artistic sensibilities that it juxtaposes. An aesthetic abundance wanted by Foret. ... Orphan at 6 years old, starting from nothing and "mounted" in Paris, he meets the greatest: Picasso, Chagall, Dali. A wonder. One night in 1958 - a night of ecstasy? - Foret sets himself a challenge: to create a unique work, the work of his life. At the age of 57, he becomes the project manager... Despite the refusals of Picasso, Chagall and Mauriac, the company takes shape.


To the painters is entrusted the creation of three illustrations each one corresponding to the various contemporary currents. Buffet representing figurative art, Dali surrealism, Zadkine cubism, Foujita Japanese art, Mathieu lyrical abstraction, Léonor Fini lyrical art and Trémois hyperrealism.


The writers - Cocteau, Rostand, Rops, Giono, Cioran, Guitton - are entrusted with the task of writing in their own register, reflections and inspirations on the apocalypse of our time. All in all, a striking rendering, with, like a powerfully rhythmic text-image phrasing, which is accompanied by the text of Saint John, translated by R. P. Boismard, from the biblical school of Jerusalem, and calligraphed by Micheline Nicolas. "More than four thousand hours of gilding work to produce titles, lettering and highlights of the gold illustrations," comments Karoutzos. 


A unique book, of all records, the largest (210 kg) and the most expensive (estimated at 100 million francs in 1961, 200 million in 1963...) made on a single sheet of paper from the Moulins Richard de Bas which can be unfolded over 150 metres in length.


Dali et l'Apocalypse. Salon international du livre sur l'art et de bibliophilie (1959). Salvador Dali est venu en personne pour présenter le livre bien connu auquel il a longuement travaillé : L'Apocalypse , le livre le plus cher et le plus lourd au monde.

Dali and the Apocalypse. First visitor to the International Book Art and Bibliophily Fair (1959). Salvador Dali came in person. The master had to present the well-known book he had been working on for a long time : The Apocalypse, the most expensive and heaviest book in the world.


…La couverture du livre est illustrée d'une sculpture de Dali, une impressionnante porte de bronze incrustée, pèse à elle seule 150 kilos et représente le jaillissement apocalyptique. Pour la réaliser, Dali aurait éclaté à la hache, dit-on, une plaque de cire dans laquelle il aurait noyé aiguilles, clous, coquillages, pierres précieuses et aussi couteaux et fourchettes en or. Car, selon le maître, "l'Apocalypse, ça se mange fait à point, comme le fromage". 


Achevé en 1961, l'ouvrage voyage à travers le monde. Lors d'une exposition au Vatican, salle du trône, le pape Jean XXIII déclare qu'il doit être "vu par les foules". Prophétie largement réalisée: jusqu'au milieu des années 1970, plus de 140 expositions lui sont consacrées, auxquelles se rendent 7 millions de visiteurs. L'Apocalypse est alors à son zénith. Avant de succomber dans l'oubli, de vivre une traversée du désert marquée successivement par (2) la ruine de Foret, la mise en vente de sa super-production, ….

The cover of the book is illustrated by Dali's sculpture, an impressive inlaid bronze door, weighing 150 kilos and representing the apocalyptic outpouring. To achieve it, Dali is said to have burst with an axe a wax plate in which he drowned needles, nails, shells, precious stones and also gold knives and forks. For, according to the master, "the Apocalypse can be eaten like cheese, cooked to perfection". 


Completed in 1961, the work travels around the world. During an exhibition in the Vatican, throne room, Pope John XXIII declared that it must be "seen by the crowds". This prophecy was largely fulfilled: until the mid-1970s, more than 140 exhibitions were devoted to it, and 7 million visitors attended. The Apocalypse is then at its zenith. Before succumbing to oblivion, to experience a desert crossing marked successively by (2) the ruin of Foret, the release of its blockbuster, ....

d'après Patrimoine par Séverine Dieuze L’express 22 mars 2004

after Patrimoine by Séverine Dieuze L'express March 22, 2004





Bibliographie : « Représentation du dandy à l’image de Fred Aster » (L’art du Parfum C.M. Lefkowith, 1994)

Musée : Musée Du Parfum - Principauté d’Andorre (exemplaire non dédicacé)

Bibliography: " Représentation du dandy à l'image de Fred Aster " (L'art du Parfum C.M. Lefkowith, 1994)

Museum: Museum of Perfume - Principality of Andorra (undesigned copy)


Siège social :

ARFON MAISON D'EDITION

9 place Lafourcade

31400 Toulouse 

France

Adresse postale :

ARFON

BP 34047

31029 TOULOUSE CEDEX 4

FRANCE

Tél. (0033) 0608547922

Contact

  • Facebook
  • Instagram

Inscrivez-vous sur notre liste de diffusion pour  recevoir nos offres promotionnelles